Le Droit des affaires en mouvement

Le régime du compte bancaire dans la CEMAC : ouverture, fonctionnement, clôture

Le régime du compte bancaire dans la CEMAC : ouverture, fonctionnement, clôture

Pr Yvette Rachel KALIEU
ELONGO

            Le compte bancaire est un compte ouvert et tenu par un établissement de crédit ou de microfinance au nom d’une personne physique ou morale pour la réalisation des opérations de banque, des opérations connexes ou des opérations autorisées. Sur le plan comptable,  c’est un tableau de chiffres qui retrace les opérations réciproques des deux  correspondants que sont l’établissement de crédit ou l’EMF et son client et en exprime le résultat appelé solde. Sur le plan juridique, le compte bancaire est  surtout une convention qui lie le banquier à son client et est régi par les règles de droit commun des contrats sauf quelques exceptions pour ce qui est son ouverture, de son fonctionnement et de sa clôture. La réglementation bancaire  CEMAC comporte juste quelques règles particulières applicables au compte bancaire.

  • L’ouverture du compte bancaire

L’ouverture du compte est régie par la liberté contractuelle. Le client choisit son établissement et celui-ci est libre d’ouvrir ou non un compte  à un demandeur sauf exception.

               L’article 7 du Règlement de 21 décembre 2016 relatif aux systèmes, moyens et incidents de paiement dans la CEMAC dispose : « Toute personne physique ou morale domiciliée dans un État membre de la CEMAC et dépourvue d’un compte de dépôt, a droit à l’ouverture d’un tel compte dans l’établissement assujetti de son choix. En cas de refus établi, d ‘au moins trois établissements choisis, la personne peut saisir la Banque Centrale afin qu’elle désigne un établissement assujetti qui est tenu d’ouvrir le compte de dépôt et d’assurer sur ce compte au minimum les services de base liés aux opérations de dépôt, de retrait et de virement au guichet, au traitement d’avis de prélèvement et à la remise de toute autre formule de retrait. Les dispositions de l’alinéa précédent s’appliquent lorsque le demandeur reçoit trois refus successifs du seul établissement assujetti de son lieu de résidence ».

Lorsque la demande d’ouverture a été faite par écrit, l’établissement sollicité qui s’oppose à cette demande doit délivrer par écrit, au demandeur un avis de refus ou lui communiquer par lettre avec avis de réception.

L’ouverture de compte étant une convention doit remplir les conditions de toute convention relativement au consentement soit exception signé, à la capacité, à l’objet et à la cause.

L’établissement qui ouvre le compte est tenu de procéder à certaines diligences relativement par exemple à la transmission  des informations au fichier régional des Clients et comptes Bancaires qui recense les clients des établissements assujettis et leurs comptes.

  • Le fonctionnement du compte bancaire

L’ouverture du compte donne lieu à la  conclusion d’une convention de compte écrite entre l’établissement et son client. Cette convention précise la nature et les modalités de fonctionnement du compte.

            Outre les règles relatives à la tenue matérielle du compte ( régime des opérations, intérêts, et commissions entre autres) le fonctionnement du compte met à la charge du banquier un certain nombre d’obligations envers son client :

            – Obligation de diligence : le banquier doit exécuter sans tarder les instructions émanant de son client si elles sont claires et complètes.

Obligation de vigilance : obligation de vérifier  que les instructions émanent effectivement du client.

Obligation de non-ingérence : le banquier n’a pas à se faire juge des opérations que lui confie son client sauf en cas de fraude manifeste. Il ne doit pas s’intéresser à la provenance des fonds et à leur destination sous réserve des règles en matière de blanchiment des capitaux. Il doit être neutre par rapport à la gestion du compte. De la même manière,  un tiers ne peut s’ingérer dans le fonctionnement d’un compte bancaire.

– Obligation de conseil : le banquier est tenu de donner son avis  au client dans ses choix surtout lorsque celui-ci sollicite un crédit ou veut faire des placements.

Obligation de secret : Par sa profession, le banquier est détenteur des informations confidentielles sur son client ou les tiers. Il est dès lors tenu d’un devoir de discrétion mais surtout du secret bancaire  sanctionné pénalement. Le secret bancaire ne peut être levé que dans des circonstances bien précises.

En plus de cela, le banquier est tenu de certaines obligations spécifiques à l’égard des autorités de contrôle. Il en est ainsi par exemple de l’obligation de déclaration des opérations suspectes en  matière de lutte contre le blanchiment.

  • La clôture du compte bancaire

            Le compte bancaire, convention régie par les règles de droit privé, peut prendre fin comme tout contrat de droit privé pour différentes causes dépendant ou non de la volonté des parties :

            – La clôture volontaire : Dans le cas de compte à durée déterminée, la convention prendra fin par l’arrivée du terme sous réserve d’une reconduction expresse ou tacite, par la résiliation anticipée d’un commun accord, par la clôture unilatérale à l’initiative du banquier par ex.  en cas de perte de confiance. Le client peut aussi demander la clôture du compte. Si le  compte à durée indéterminée, la rupture peut intervenir par la volonté unilatérale suivant les termes de droit commun ou  les modalités prévues au contrat sous réserve de l’abus de droit ( clôture brutale, absence de  préavis, intention malicieuse).

            – La clôture involontaire : Le compte bancaire est une convention conclue intuitu personae. Toute modification dans la situation juridique de l’un des correspondants entraîne la clôture même s’il est à durée déterminée. Ex. le décès du client. Par contre, l’ouverture d’une procédure collective, n’entraîne pas automatiquement la clôture du compte, le syndic peut décider de la continuation.

Hormis ces hypothèses, le banquier ne peut, sans commettre une faute engageant sa responsabilité, clôturer le compte bancaire du client. La réglementation bancaire ne prévoit aucune hypothèse de clôture forcée du compte bancaire à la demande d’un tiers ou de l’autorité publique.

La clôture met fin au fonctionnement du compte et ouvre une période de liquidation des opérations en cours. Le solde établi  qui peut être débiteur ou créditeur  peut être retiré par le client et il est saisissable par ses créanciers dans le second cas ou recouvré par le banquier dans le second cas en mettant par exemple en œuvre les garanties constituées à l’ouverture du compte.

Exceptionnellement, les manquements des établissements de crédit et de microfinance à leurs obligations, lorsqu’elles sont constitutives d’atteintes  aux règles prudentielles  – par exemple le non respect des taux d’intérêts – peuvent donner lieu à des sanctions disciplinaires mises en œuvre par les autorités communautaires en particulier la Commission bancaire de l’Afrique centrale seule a en charge la supervision de l’activité bancaire dans l’espace communautaire.

Précédent

La déclaration de soupçon en matière de blanchiment de capitaux dans la CEMAC: 10 questions pour comprendre les règles applicables

Suivant

La Directive du 8 avril 2019 harmonisant la protection des consommateurs dans la CEMAC : En attendant la mise en œuvre

  1. NIBILE Idole

    Bonjour Pr,
    Pour mieux comprendre vos développements j’ai cherché le règlement du 21 Décembre 2016 relatif aux systèmes moyens et incidents de paiement. Mais en vain!
    Est-ce une confusion avec celui de 2003, ou jai pas assez poussé mes recherches.

    • kalieu

      Vous pouvez trouver le règlement sur ce blog dans la rubrique législation sous rubrique législation communautaire CEMAC. Ce règlement remplace désormais le règlement de 2003 qu’il a entièrement repris en le modifiant sur certains points

  2. BOBGA Rostand

    Je trouve très édifiants les articles du prof que j’ ai découverts dans les anales de l Université de Dschang en 2006. J’ aimerais bien recevoir les liens ou les articles par email.

    • kalieu

      presque tous mes articles sont sur ce blog en libre téléchargement sous la rubrique recherches / mes travaux de recherche. articles scientifiques. Quant aux billets du blog vous pouvez aussi les copier et sauvegarder.

  3. NIBILE Idole

    Bonjour une fois encore,

    Je n’avais pas assez poussé mes recherches. J’ai trouvé le règlement du 21 Décembre 2016 dans votre site.

    Merci professeur.

  4. Maitre Assaadong Kenfack Josué

    Sur la clôture involontaire du compte bancaire et précisément sur la modification de la situation juridique de l’une des parties(clients),le pr a oublié de mentionner l’incapacité qui est aussi une des cause de fermeture involontaire d’un compte Bancaire.
    En réalité cela arrive lorsque le client au cours de l’existence de son compte Bancaire il est frappé d »une événement qui l’incapacité juridiquement( la déchéance par exemple)

    • kalieu

      Merci maître. Bien sûr que si l’incapacité survient en cours de contrat elle modifie la situation du client et justifie la clôture du compte . Mais s’il était incapable au moment de l’ouverture, c’est bien la nullité qui intervient avec effet rétroactif.

  5. AWOLA

    Madame le Professeur,

    En référence aux lois en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et l’obligation de respecter les sanctions internationales , il est important de préciser que l’institution financière peut geler les avoirs et si possible clôturer les comptes de son client. A cet effet, la clôture du compte intervient dans le cadre de l’exécution de la due diligence dont le filtrage de la clientèle, obligation qui interdit aux banques d’entretenir des relations d’affaires avec les clients inscrits sur des listes noires (OFAC, UE, ONU). Sur réquisition de l’autorité publique ou constatation de l’inscription du client sur une black-liste, la Banque peut ainsi clôtrurer le compte de son client

    • kalieu

      cher ami,
      Merci pour toutes ces précisions et cobtributions. C’est vrai que le caractère de droit privé de la relation entre la banque et son client n’empêche pas que pour diverses raisons d’autres personnes notamment les autorités de régulation ou de contrôle diverses interviennent et que ces interventions puissent avoir pour conséquence un blocage voire dans certains cas une clôture du compte lorsque le client a commis certaines fautes. Mais ici, la clôture n’est pas alors que la conséquence de certains manquements prévus et de certains décisions prises comme le blocage du compte; le banquier doit alors agir au risque de subir lui-même diverses sanctions parfois très lourdes.

  6. daniel magnout

    Merci beaucoup pour ces informations plus qu’edifiante. Je voudrais savoir:
    en cas de cloture unilateral faite à l’initiative de l’institution financiere, quelles sont d’une part les conditions à respectées par ces derniers, et d’autre part les eventuels recours dont disposent le client de ladite institution
    merci pour l’attention

    • Yvette Rachel KALIEU ELONGO

      Bonjour
      En cas de décision unilatérale de clôture, le banquier doit respecter un préavis sauf si le client a commis une faute grave. S’il ne respecte pas les conditions, le client peut engager sa responsabilité contractuelle.

  7. Lekogo jeff

    Bonjour Madame le Professeur ,
    J’espère que vous vous portez bien ?.
    Je prends toujours un plaisir à lire vos rubriques et à consulter votre site riche en information .
    Je vous écrits aujourd’hui pour recueillir vos avis et conseil sur mon thème de mémoire. Je suis au Gabon.
    Madame le professeur , vous souviendrez certainement de ce jeune étudiant gabonais qui souhaitais acquérir votre livre sur les procédures collectives et à qui vous avez fait la grâce de le lui apporter lors d’un colloque à l’ université Omar Bongo .
    J’ai un thème de mémoire en rapport avec la digitalisation bancaire et les enjeux juridiques qui s’imposent à elle. Les banques de l’Afrique centrale n’y échappant pas , je souhaiterais avoir votre avis sur ce thème Madame le Professeur.

  8. Lekogojeff

    Professeur je reviens vers vous toujours en rapport avec ce thème évoqué dans une correspondance précédente . je souhaiterais savoir si il y’a un règlement sur la protection des données à caractère personnel .je sais qu’il a eu un projet allant dans ce sens mais avez-vous une idée sur l’évolution des travaux sur ce projet. D’autre part, en l’absence d’un texte spécifique sur le e-commerce et sur les transactions bancaires dématérialisées quelles textes vont régir ce nouvel écosystème bancaire associé au TIC?

  9. arnold NGANGUEM

    Bonjour professeur. je vous remercie pour votre article très détaillé qui nous édifie énormément. j’aimerais connaître les nuances qui existent entre l’ouverture d’un compte bancaire et l’ouverture de crédit dans une banque ou un établissement de crédit. par ailleurs qu’elles sont les conditions d’octroi de crédit comment s’effectue le suivi du crédit et comment il prend fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén